© Alexandre Lamoureux
À travers les quartiers

de Saint‑Nazaire

Découvrir Saint-Nazaire, c’est prendre le temps de se promener et de flâner à travers les différentes ambiances des quartiers de la Ville …
De Méan-Penhoët à La Havane en passant par l’étonnant quartier du Petit Maroc, les quartiers de Saint-Nazaire appellent au voyage et vous racontent la ville d’hier, d’aujourd’hui et de demain !

 

Visitez les quartiers

de Saint-Nazaire

À travers La Havane …

Et si vous faisiez un petit voyage dans le temps ?

Le quartier de La Havane, avec ses villas et ses rues calmes, raconte la ville des années 1900.
En plein essor, cette ville industrielle et portuaire avait l’âme voyageuse, en regardant tous ces paquebots en partance pour l’Amérique Centrale. Parmi les destinations : Santander, La Havane, Veracruz… des noms que l’on retrouve sur les plaques de rue de ce petit quartier qui donne sur le front de mer et des couleurs qui apportent de l’exotisme et du soleil à votre séjour.

Un autre point de vue : pour découvrir ce quartier de la Belle-Epoque, procurez-vous à l’Office de Tourisme le plan pour un parcours d’orientation dans la ville 1900 (parcours en autonomie, 1h30 à 2h, plan vendu 1,50€ à l’accueil de l’Office de Tourisme).

Vous pouvez également découvrir le quartier de la Havane en visite guidée. Ce parcours est un rendez-vous de la Saison patrimoine. Retrouvez tout le programme ici.

A travers le quartier du Petit Maroc…

Un nom étonnant pour un quartier atypique situé entre la Loire et le bassin de Saint-Nazaire… Même si aujourd’hui il n’y paraît pas à cause de la reconstruction après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, le quartier du petit Maroc est le quartier historique de Saint-Nazaire. Un village y naît au 15e siècle, mais c’est surtout à partir du 19e siècle que le quartier se développe et s’urbanise, idéalement situé à l’embouchure de la Loire. Et son nom alors ? Il proviendrait du nom de la zone autrefois fréquentée par les pêcheurs…

Une balade dans le quartier s’impose. Ne manquez pas de flâner le long du bassin. Il a été construit entre 1848 et 1856, et c’est de là que partaient les paquebots pour l’Amérique Centrale, à partir de 1862, lorsque la Compagnie Générale Transatlantique, la célèbre Transat, a fait de Saint-Nazaire sa tête de ligne pour le Mexique, Panama, Cuba… La gare maritime transatlantique se trouvait à l’endroit même où s’élève, depuis la Seconde Guerre mondiale, la base sous-marine, construite pour abriter les fameux U-boote allemands.

A découvrir également : les 2 écluses. La petite écluse, à l’ouest du bassin, date du milieu du 19e siècle. Elle a été fortifiée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. La grande écluse, au sud, construite en 11 ans de 1896 à 1907, est longue de 211 m, large de 30 m et profonde de 6 m. Inaugurée en grande pompe, elle permettait à Saint-Nazaire d’être enfin dotée d’une « porte » adaptée à la taille croissante des navires. Le pont levant qui permet d’enjamber l’écluse est impressionnant : voyez la manœuvre spectaculaire lorsqu’il se lève, doigt gigantesque pointé vers le ciel, pour laisser passer les navires ! Aujourd’hui encore, le quartier devient une île lorsque tous les accès portuaires sont fermés.

Quartier en pleine mutation, quartier d’avenir, le Petit Maroc est un quartier vivant avec ses bars, ses restaurants, ses lieux alternatifs comme Les Abeilles… C’est la que se trouve l’Écomusée de Saint-Nazaire. C’est également la que s’installe tous les ans, le dernier week-end de juillet, le festival Les Escales, un incontournable de l’été !

À travers Méan-Penhoët …

Méan et Penhoët, deux quartiers et une histoire… Autour du port du Brivet, le petit bourg de Méan rassemble marins, pêcheurs et paysans établis dès le Moyen-Âge. Au 19e siècle, il tire avantage des chantiers de construction navale en bois et du commerce maritime des produits de Brière. En 1862, le premier chantier naval moderne s’installe sur l’estuaire. Le bassin portuaire de Penhoët ouvre en 1881. Le hameau de Penhoët à proximité connaît alors une nouvelle histoire : industrielle, ouvrière et artisanale. Aujourd’hui, la rue de Trignac relie Méan l’historique avec Penhoët en un seul quartier.

Smartphone en main, sillonnez ce quartier à l’identité singulière et au patrimoine surprenant.

Une application mobile gratuite « Baludik » et la brochure « Récits de quartier » vous permettent de choisir votre promenade patrimoniale. Laissez-vous guider soit par le personnage d’Eugénie pour une promenade au début du 20e siècle (1h30), ou par André, ouvrier aux chantiers navals dans les années 1950 (1h). Vous pouvez également suivre Michelle et Julie et tenter de rattraper le chat Marcel (parcours de 30 min).
Ces promenades dans les pas de ces habitants vous emmènent aux quatre coins du quartier : le port de Méan, les anciens bains-douches, les halles, les chemins de brouette, une maison de capitaine, mais aussi de petites rues tranquilles avec la perspective saisissante de l’énorme portique des Chantiers de l’Atlantique… Des fresques créées par l’artiste Jinks Kunst sur des murs du quartier s’inscrivent dans les parcours tandis qu’ici et là des éléments de mobilier urbain dirigent le regard, comme autant de fenêtres sur le paysage et le patrimoine bâti.

Ce parcours est un rendez-vous de la Saison patrimoine. Retrouvez tous les rendez-vous ici.