Promenade portuaire

L'écluse sud et le "Building".
Le pont levant (ou basculant) en pleine action.
Le bassin de Saint-Nazaire, véritable miroir sous un beau soleil d'automne.

De l’écluse au bassin

Descendons la rue de l’Ecluse qui est parallèle à la grande écluse sud. Long de 211 mètres, large de 30 et profond de 6, cet ouvrage a nécessité 11 années de travail, de 1896 à 1907. Son inauguration s’est faite en grande pompe, avec ministres, discours et banquets républicains à répétition… Or si la nouvelle écluse avait enfin doté le port d’une entrée et sortie adaptée à la taille croissante des navires, elle avait aussi tout simplement coupé en deux le village d’origine, le séparant du reste de la ville ! Aujourd’hui encore, le « Petit Maroc », surnom de ce quartier, est une île lorsque tous les accès portuaires sont fermés.

Côté bassin, l’écluse est dominée par un immeuble imposant, le « Building ». Premier immeuble d’une certaine hauteur dans le Saint-Nazaire des années 1950, il a mis du temps à se faire accepter dans le paysage (il fut même surnommé, entre autres amabilités, "épouvantail à moineaux"), pour devenir aujourd’hui un lieu de résidence des plus recherchés, avec ses vues sur le port et la rade de Saint-Nazaire. En bas de la rue, on laisse à notre gauche le pont levant, ou pont basculant : la manœuvre est spectaculaire lorsqu’il se lève, doigt gigantesque pointé vers le ciel, pour laisser des navires emprunter l’écluse !

Nous voilà maintenant devant le bassin de Saint-Nazaire qu’on va contourner par la droite, par le grand terre-plein du quai Demange. C’est de ce bassin, construit entre 1848 et 1856, que partaient les paquebots pour l’Amérique Centrale, à partir de 1862 lorsque la Compagnie Générale Transatlantique, la célèbre Transat, faisait de Saint-Nazaire sa tête de ligne pour le Mexique, Panama, Cuba… Ces mouvements de navires constituaient une véritable attraction, comme on peut le lire dans un texte des années 1860, qui présente Saint-Nazaire comme une ville « où l’on trouve mille agréments : spectacles, concerts, bals, bonne société, vue de la mer et d’un magnifique bassin à flot, affluence continuelle et curieuse de voyageurs de toutes les parties du monde ». La gare maritime transatlantique se trouvait à l’endroit même où s’élève, depuis la Seconde Guerre mondiale, la base sous-marine, construite pour abriter les fameux U-boote allemands.