Promenade portuaire

Des logements modernes à deux pas de l'estuaire.
Voilà les "pinces de crabe" !

Dans les pinces du crabe

Continuons par la rue Hippolyte Durand qui passe entre des immeubles d’habitation récents et le tout nouveau centre national de formation de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer). Ici nous sommes au cœur de ce qu’on appelait le Vieux Saint-Nazaire, le bourg d’origine, construit entre le bord d’estuaire et un promontoire rocheux. Il ne reste rien de cette bourgade, décrite par un auteur en 1865 comme « un composé de maisons exiguës, basses et malsaines »… on imagine des ruelles et des maisons anciennes, mais apparemment celles-ci n’avaient rien de pittoresque aux yeux des Nazairiens de l’époque !

Au bout de la rue on va continuer tout droit pour un crochet dans l’avant-port. A notre gauche un long quai, la jetée Est, hérissé de carrelets, ces engins de pêche artisanaux ; à notre droite, bien à l’abri dans le bassin de l’avant-port, des remorqueurs qui attendent ici leur prochaine intervention auprès de gros navires qu’il faut aider à manœuvrer. De l’autre côté de ce plan d’eau, la jetée Ouest porte elle aussi des dizaines de carrelets. port-feu-jetee-est-120pix.jpgRegardez bien, à son extrémité chaque jetée est signifiée par un feu, un petit phare : vert pour la jetée Est et rouge pour la jetée Ouest, comme c’est prévu dans les règles de la navigation (vert à tribord, rouge à bâbord en entrant dans le port).

En fait, connaissez-vous le surnom de ces jetées, construites selon une orientation étudiée pour contrer les vagues et les vents d’ouest ? On les appelle les « pinces de crabe » : regardez la photo aérienne ci-contre, et vous aurez tout de suite compris pourquoi !

Faisons demi-tour pour regagner la rue Hippolyte Durand ; on va grimper l’escalier en pierre qui nous amène en haut du promontoire dominant l’entrée du port, la grande écluse sud.