© Vincent Bauza
Ville-Port

La réconciliation

La ville de l’après-guerre sera reconstruite en tournant le dos à son port.  Au milieu des années 1990, la municipalité lance une réflexion à grande échelle sur l’avenir non seulement de la base sous-marine mais de la relation entre la ville et le port : l’opération Ville-Port est mise sur les rails.

Inauguré en avril 2000, en même temps que son élément le plus marquant, Escal’Atlantic, Ville-Port rapproche la ville de ses docks d’origine. L’ancienne base sous-marine, qui pendant des dizaines d’années aura été un formidable obstacle entre le centre ville et les bassins, est non pas détruite mais intégrée dans la ville : une rampe piétonne mène sur le toit pour des vues spectaculaires sur le port et l’estuaire* ; plusieurs alvéoles sont percées pour ouvrir des espaces publics impressionnants. La base n’accueille plus les U-Boote allemands mais des lieux culturels (le LiFE et le VIP), des commerces et bien sûr Escal’Atlantic.

Ville-Port aura également permis, depuis fin 1999, la réalisation de plusieurs projets d’envergure, publics et privés : un cinéma, un supermarché, des centaines de logements, un centre commercial, un hôtel trois étoiles… sans oublier le théâtre de Saint-Nazaire, construit à l’emplacement de l’ancienne gare de chemin de fer et intégrant des pans de cet bâtiment du 19e siècle. Et à travers des oeuvres de Gilles Clément et Felice Varini créées dans le cadre de la biennale Estuaire Nantes <> Saint-Nazaire, l’art contemporain trouve à Ville-Port un « support » à l’échelle du paysage portuaire tout entier.

*Le toit de la base sous-marine est ouvert de 9h à 22h du 1er juin au 30 septembre, et de 9h à 17h30 du 1er octobre au 31 mai.