Au fil de l'eau douce

Sur les bords du Bois-Joalland
Les jeux au Bois-Joalland (photo M. Launay/Ville de Saint-Nazaire)
L'étang de la Belle-Hautière dans la splendeur de l'automne.
ça barbote tranquillement...

D'étang en étang

Avec plus de 400 hectares, le lac du Bois-Joalland est le plus important des bassins aux portes de la ville. Vous pouvez stationner facilement en bordure du lac, route du Bois-Joalland ; vous trouverez également une aire de camping-cars à proximité. Le tour du lac fait environ 3 kilomètres et vous ouvre de jolies perspectives sur le plan d’eau. Une base nautique pour la voile et l’aviron y est implantée ; vers la route de Reton, les jeunes adeptes du BMX trouvent une piste bosselée à souhait ; et un peu en retrait de la route du Bois-Joalland, une aire de jeux a été aménagée avec des structures en bois et cordages épais.

Trois autres étangs vous attendent un peu plus loin : le bassin de Québrais, l’étang de Guindreff, tout en longueur (avec un tout nouveau parcours sportif), et tout au bout, caché dans les arbres, le petit étang de la Belle-Hautière. Plusieurs points de départ sont possibles pour vous promener ; garez-vous sur le terre-plein entre les étangs de Québrais et Guindreff, route des Bassins ; ou route de Guindreff, près du carrefour avec la rue Guy de Maupassant.

Les sentiers et passages autour et entre ces trois étangs vous permettent des boucles plus ou moins longues, selon vos envies. On est au calme, entre pêcheurs et promeneurs ; canards, oies et poules d’eau barbotent dans l’eau, parfois on peut voir un couple de grèbes huppés ou, avec un peu de chance, un martin pêcheur étincelant de couleurs.

Ces étangs semblent avoir été là de tous temps… mais ils n’existaient pas il y a un peu plus d’un siècle ! Ils ont été créés pour contribuer à résoudre un problème qui pesait lourd sur Saint-Nazaire au 19e siècle : l’approvisionnement en eau potable.